Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /htdocs/config/ecran_securite.php on line 283

Warning: array_shift() expects parameter 1 to be array, boolean given in /htdocs/config/ecran_securite.php on line 283
Questions / Réponses - Furets-Jaunes.org

Questions / Réponses

dimanche 5 février 2012
par  Jean-Christophe BLANCHON

Cette rubrique vous propose de découvrir la spéléologie sur le mode questions réponses.

Le karst, qu’est ce que c’est ?

Le terme karst désigne les formes de relief qui sont le résultat de la dissolution des roches carbonatées, comme le calcaire, la dolomie ou la craie. Ces paysages de surface ou souterrains sont façonnés par l’eau rendue acide grâce au dioxyde de carbone.

JPEG - 38.3 ko
Cirque dolomitique de Mourèze

Autour de Grenoble, Les massifs de Chartreuse et du Vercors présentent des formes karstiques. A l’origine, le mot vient de la région des plateaux calcaires de Karst (Kras) en Slovénie dont les corrosions ont été décrites dès 1893. Il s’est ensuite appliqué à l’ensemble des phénomènes similaires.

Voir l’article illustré sur le développement du karst.

Qui découvre les cavités ?

A l’origine, les sociétés de spéléologie se sont formées pour étudier scientifiquement le monde souterrain. L’exploration des cavités, alors inconnues, était un moyen d’y parvenir. Les héritiers de ces sociétés, les clubs d’aujourd’hui, pratiquent toujours beaucoup l’exploration. Cependant, elle a évolué sur un mode plus sportif car il s’agit maintenant de s’attaquer à des gouffres profonds de type alpin. Les découvreurs inventorient leurs découvertes et le contact est conservé avec le monde académique qui utilise ce travail.

Voir l’article illustré sur l’exploration.

Comment trouver son chemin dans une grotte ?

JPEG - 5.5 ko
Compas de relèvement

Une grotte peut présenter un cheminement plus ou moins complexe. Certaines d’entre elles présentent des zones complètement labyrinthiques. Comme en surface, le spéléologue utilise une carte. Celle-ci présente la particularité de devoir représenter un univers en 3 dimensions. Ceci est rendu possible grâce à 2 représentations : la coupe (verticale) et le plan (horizontal). Ce sont les explorateurs des clubs qui dressent ces cartes en prenant les mesures de différents points. Comme, il n’y a pas de référence extérieure, chaque visée est calculée par rapport à la précédente à l’aide d’une longueur et de 2 orientations (verticale et horizontale) : le point B est distant du point A de d mètres. On relève au compas son azimut vu de A et, à l’aide d’un clinomètre, on mesure l’inclinaison entre les deux points. En reportant et projetant sur un plan l’ensemble de ces angles et distances, on obtient la topologie générale du réseau. Il ne reste plus qu’à habiller le document en prenant en compte les volumes des galeries pour obtenir une topographie précise des lieux.

Voir l’exemple de la grotte d’Envernibard, explorée et topographiée par les Furets Jaunes.

Est-ce étroit sous terre ?

JPEG - 24.9 ko
Etroiture ponctuelle à la fin d’une grande salle

Le plus souvent, le spéléologue évolue dans des volumes où il est tout à fait à l’aise. Il croise de grandes salles jointes par des puits de plusieurs mètres de diamètres ou encore de hauts méandres. Le parcours peut être ponctué d’obstacles plus étroits qui permettent de continuer l’exploration. Il s’agit de passages ouverts artificiellement par le spéléologue ou de rétrécissements naturels. Il s’agira alors de ramper pour traverser un laminoir, galerie basse et large, ou de négocier un rétrécissement très ponctuel en forme de chatière. Dans ce domaine, l’imaginaire joue en défaveur de l’attrait du monde sous-terrain et la première sortie rassure complètement le néophyte.

Quelle est la différence entre une grotte et un gouffre ?

L’entrée d’une grotte se développe essentiellement sur un plan horizontal. Souvent les grottes sont les résurgences (sortie d’eau) actuelles ou anciennes qui drainent l’eau des réseaux supérieurs. Un gouffre, en revanche, commence par une section verticale qui nécessite l’utilisation d’agrès. Il s’ouvrira surtout sur les plateaux.

Les terminologies locales ont défini leur propre vocable. Ainsi un gouffre s’appellera aven dans les Causses ou scialet ou pot dans le Vercors. Les habitants du Devoluy parleront eux de Chourum. Toujours dans le Vercors, les goules sont des sorties d’eau (par ex, Goule Noire dans la Bourne).


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 3 prochains mois